Alerte pollution : 160 000 habitants intoxiqués en Auvergne-Rhône-Alpes

Webmaster


Lundi, l’Agence régionale de santé a publié les résultats de ses analyses et a demandé des mesures correctives à une cinquantaine de communes, en grande partie situées dans la vallée de la chimie au sud de Lyon.

L’eau potable contaminée par des polluants éternels en Auvergne-Rhône-Alpes

Une cinquantaine de communes en Auvergne-Rhône-Alpes sont touchées par une contamination des eaux destinées à la consommation de 166 000 habitants de la région. Selon les résultats d’analyses publiés par l’Agence Régionale de Santé (ARS) le 15 janvier, ces eaux contiennent des PFAS, des polluants dits « éternels », à des niveaux supérieurs au seuil de référence européen. L’ARS a souligné l’urgence d’agir malgré le manque de connaissances sur les risques avérés liés à ces niveaux de PFAS.

La consommation de ces eaux n’est pas interdite, mais l’ARS a demandé des mesures correctives aux communes concernées pour la première fois. La plupart de ces communes se trouvent dans la vallée de la chimie au sud de Lyon. Elles ont été sommées de présenter des mesures pour revenir sous le seuil de 100 nanogrammes par litre sous peine de mise en demeure. Elles auront trois ans pour mettre ces mesures en place.

Des composés quasi indestructibles

Les PFAS, des composés poly- et perfluoroalkylés, se caractérisent par leurs propriétés antiadhésives et imperméables. Ils sont utilisés massivement dans la vie quotidienne, que ce soit dans les poêles en Teflon, les emballages alimentaires, les textiles imperméables, ou encore dans l’industrie automobile. Leur durabilité quasi permanente fait en sorte qu’ils s’accumulent dans l’environnement au fil du temps, allant des cours d’eau jusqu’au corps humain, ce qui leur vaut leur appellation de polluants « éternels ».

Des études ont montré que sur une exposition prolongée, les PFAS peuvent avoir des effets néfastes sur la fertilité et augmenter les risques de certains cancers. Ces derniers mois, des plaintes collectives ont été lancées par plusieurs collectivités et particuliers pour « mise en danger de la vie d’autrui » en lien avec des concentrations alarmantes de PFAS liées à des sites industriels dans la vallée de la chimie.

About Webmaster

Tombé dans la marmite du web au début du siècle je vous pose ici le fruit de mes recherches