Gabriel Attal veut des résultats concrets sur la crise du logement d’ici 2027

Webmaster


Le gouvernement met les bouchées doubles en matière de politique du logement et vise comme objectif la conclusion de ses actions d’ici la fin du deuxième mandat présidentiel d’Emmanuel Macron.

Gabriel Attal prêt à tout pour résoudre la crise du logement

Gabriel Attal affirme sa volonté de trouver des solutions de manière proactive pour pallier à la crise du logement qui sévit en France. Face aux critiques reçues pour avoir tardé à nommer un ministre en charge du dossier du logement, Guillaume Kasbarian, le ministre délégué, il assure être pleinement engagé dans la résolution de cette problématique.

La situation actuelle est alarmante, avec une baisse de 36% de l’offre locative en deux ans, comme le souligne le site spécialisé SeLoger.com. Cette diminution de l’offre a entraîné une hausse des loyers de 3,5% en moyenne sur l’ensemble du territoire français en 2023.

La combinaison de l’encadrement des loyers, des contraintes environnementales et de la demande croissante de logements rend urgent la simplification des procédures et l’accélération des actions. Il est impératif de résoudre cette équation pour atteindre l’objectif gouvernemental de plein-emploi en 2027, car un logement stable est essentiel pour retrouver un emploi ou accepter une mutation.

Développement et simplification des procédures

Le Premier ministre s’engage à agir avec détermination pour relancer des projets de construction dans 22 territoires prioritaires, nécessitant des financements publics pour voir le jour. Ces projets incluent la construction de 30 000 logements dans diverses villes de France, de Villejuif à Dunkerque en passant par Dieppe, Toulouse, Bordeaux, Marseille et Saint-Nazaire.

Gabriel Attal promeut des constructions « à la verticale », en encourageant la surélévation des bâtiments lorsque cela est possible, tout en conservant la place des maisons individuelles, qui constituent selon lui « le rêve français ». Il est prévu de simplifier les procédures pour permettre aux propriétaires de construire un logement supplémentaire sur leur terrain, ainsi que de développer le logement social pour atteindre l’objectif de 35 000 logements étudiants d’ici 2027.

Cependant, malgré les efforts louables du gouvernement, le président de la Fédération française de l’immobilier, Loïc Cantin, estime que ces actions restent insuffisantes pour répondre à l’ampleur des besoins. De plus, le rôle des banques dans l’octroi de crédits aux ménages pour leurs projets immobiliers n’a pas été abordé par le Premier ministre, alors que celles-ci se montrent réticentes à accorder des prêts.

About Webmaster

Tombé dans la marmite du web au début du siècle je vous pose ici le fruit de mes recherches