Influence russe: danger pour les élections européennes

Webmaster


L’organisme français Viginum, spécialisé dans la surveillance des ingérences numériques étrangères, a identifié au début du mois de février environ 200 sites web qui diffusent activement des contenus trompeurs.

La France lutte contre la désinformation russe

Selon un rapport de Viginum, organisme français chargé de surveiller les ingérences numériques étrangères, plus de 200 portails d’information ont été identifiés comme diffusant des allégations mensongères à destination d’une audience internationale, en Europe et aux États-Unis. Ce réseau, baptisé « Portal Kombat » par les autorités françaises, vise à propager des contenus prorusses et constitue une nouvelle campagne de désinformation ciblant principalement les pays européens.

La Direction générale de la sécurité intérieure a alerté sur des actions subversives menées par les services de renseignements russes, confirmant ainsi le caractère structuré et coordonné de ces activités malveillantes. Gérald Darmanin a même déclaré que la Russie était désormais le principal ennemi de la France dans la guerre informationnelle.

La menace d’ingérence russe en période électorale

Alors que les élections européennes approchent, les spécialistes et les élus restent vigilants face à la menace d’ingérence russe. Constance Le Grip, députée Renaissance, souligne le risque élevé d’ingérence russe visant à déstabiliser les démocraties européennes en influençant l’opinion publique. De son côté, Nathalie Loiseau, eurodéputée Renew, prend également au sérieux cette menace et souligne les intentions hostiles de la Russie envers l’Union européenne.

Focus sur l’Ukraine, cible privilégiée de la désinformation

La chercheuse Jeanne Maurin-Bonini met en garde contre les possibles campagnes de manipulation de l’information en lien avec le soutien à l’Ukraine et d’autres sujets clivants en Europe, tels que l’immigration. La Russie exploite le conflit ukrainien pour peser sur l’Union européenne, comme elle l’a fait par le passé dans d’autres situations, y compris lors du vote sur le Brexit en 2016.

L’impact de l’intelligence artificielle dans la désinformation

Les avancées en intelligence artificielle générative facilitent les manipulations de l’information, contribuant ainsi à la diffusion de fausses nouvelles. Certaines entreprises, comme OpenAI, prennent des mesures pour éviter que leur technologie ne soit utilisée à des fins politiques malveillantes, notamment pendant les périodes électorales.

Des précédents inquiétants et la lutte contre la désinformation

La Russie a été accusée à plusieurs reprises d’ingérences dans des processus démocratiques en Europe, notamment lors du Brexit en 2016 et du référendum catalan en 2017. En France, l’affaire des « MacronLeaks » a mis en lumière les tentatives de déstabilisation par des acteurs russes. Viginum a également révélé l’opération « Doppelganger », montrant comment la Russie utilisait des faux sites pour diffuser de fausses informations.

Certains experts soulignent l’importance de ne pas surévaluer la menace d’ingérences tout en restant vigilants face aux campagnes de désinformation qui peuvent polariser les débats et accroître les tensions. La lutte contre la désinformation reste un enjeu majeur pour préserver l’intégrité des processus démocratiques.

About Webmaster

Tombé dans la marmite du web au début du siècle je vous pose ici le fruit de mes recherches